Club éducation, écoles et universités

 

 

Présidente: Claude DE SCORRAILLE, Psychologue, Enseignante

Vice-présidente: Bénédicte ROUSSEAU, Executive coach, Thérapeute 

Rapporteur: Catherine VIDAL, Thérapeute, Coach, Formatrice

 

Clients usagers 585x320 

Pourquoi un club éducation, écoles, universités ? 

Le monde de l’éducation est un champ de mines de contradictions et d’antagonismes, le lieu d’intérêts convergents et divergents, et à la fois une arène d’expression et d’acquisition de ressources multiples. 
La pandémie de COVID-19 a exacerbé incertitudes et insécurité révélant de manière accrue la complexité de l ’école et de sa mission. 
L’école est-elle aujourd’hui le lieu privilégié d’une éducation holistique, qualitative et inclusive ?
Le Club Education aborde l’éducation selon une approche bio-psycho-sociale et appréhende ses enjeux de manière relationnelle et systémique.

Il ambitionne de contribuer à renforcer la résilience du système éducatif aux niveaux individuel, organisationnel et institutionnel.

Il se donne pour mission de proposer aux décideurs des mesures et plans d’action concrets qui placent la réussite des élèves et étudiants au cœur du système éducatif en prenant soin de préserver
le bien-être de tous les acteurs de l’éducation.

Chaque année, il organise un colloque centré sur des sujets d’actualité et des problématiques auxquels des réponses sont attendues. Il donne la parole à des experts, spécialistes,
chercheurs, intellectuels et professionnels sensibles à la démarche psycho-sociale systémique.

 

Lors de la conférence organisée le 4 Octobre 2022 à 18h30, Claude DE SCORRAILLE, Bénédicte ROUSSEAU et Catherine VIDAL vous proposent de participer au débat intitulé

"Le harcèlement scolaire à l'école de Palo Alto"

Invités : 

  • Emmanuelle Piquet, auteure à succès de plusieurs livres sur la souffrance à l’école, spécialiste du modèle de thérapie stratégique systémique de Palo Alto, elle est fondatrice de l’école de formation et centre d’intervention A 180 degrés-Chagrin scolaire.
  • Jean-Paul Gaillard, Membre titulaire de la Société Française de Thérapie Familiale (SFTF), de l’European Family Therapy Association (EFTA), et de l’Association Européenne pour la Modélisation de la Complexité (AEMCX), Pr. honoraire des Universités - Formateur, il est également l’auteur de plusieurs livres et articles sur le contexte scolaire et intervient au sein des écoles. 

Des brimades à l’école au cyberharcèlement  

Violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique, le harcèlement impacte sensiblement l’enfance et l’adolescence de près de 700 000 élèves environ, toutes catégories sociales confondues (source enquête victimation 2015 – DEPP).

Avec les progrès des technologies de communication, le harcèlement entre élèves se poursuit désormais à l’extérieur des établissements scolaires. « Acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule", le cyberharcèlement amplifie le phénomène de ces agressions répétées en abolissant les limites d’espace et de temps.

Dans ce contexte préoccupant, sous la pression des acteurs de l’éducation et des associations de parents d’élèves souvent désemparés et démunis, la loi n°2022-299 du 2 mars 2022 a créé l’infraction de harcèlement scolaire au sein du Code pénal.

Les réponses éducatives se doublent ainsi du déploiement d’un arsenal juridique visant à identifier les responsabilités, qualifier les culpabilités, et définir les peines qui leur sont assorties.

Les solutions psychologiques et médicales reposent (en grande partie) sur une caractérisation psychologisante du harcèlement par la création de profils : celui du harceleur et celui du harcelé. En essentialisant les protagonistes, on les réduit en tant que personnes souffrant (i) soit de troubles de personnalité antisociale ou narcissique pour caractériser les actes de délinquance ou de prédation, (ii) soit de troubles de la personnalité dépendante ou évitante pour désigner les personnes fragiles et soumises. 

Ces dispositifs sont-ils efficaces ? Quelles sont leurs limites et angles aveugles ? En isolant les faits de leur contexte, ne néglige-t-on pas de prendre en considération leur dimension relationnelle et sociale ? Que rend possible l’approche systémique ?

En tant que systémiciens, nous interrogerons les obstacles épistémologiques qui compliquent la compréhension de ce phénomène complexe et sensible, parmi lesquels (i) le recours au terme de harcèlement issu du monde du travail, (ii) l’essentialisation des protagonistes, ou encore (iii) la méconnaissance du rôle du système (et de chacun de ses acteurs). Nous proposerons également une lecture dynamique du harcèlement au travers de la distribution et de la circulation du pouvoir.

Avec nos invités, nous réfléchirons aux moyens concrets d’accompagner les victimes sans stigmatiser l’ensemble des protagonistes : Emmanuelle Piquet nous éclairera sur son domaine d'expertise : "Enfants harcelés les aider à relever la tête" ; et Jean-Paul Gaillard abordera "l'école en temps barbare".

Nous étudierons comment aborder le phénomène de harcèlement et sa version cyber comme un fait social, technologique, humain et systémique en tentant de sortir d’une logique identitaire pour entrer dans une logique relationnelle.

Venez débattre avec nous de ce sujet complexe et sensible le 4 octobre 2022 de 18h30 à 20h30 (conférence disponible sur zoom uniquement).

 

Les inscriptions sont disponibles ici

DEVENIR MEMBRE